En ce 15 décembre, c’est la réouverture tant attendue des salles d’armes pour nos jeunes ! Plus de confinement mais un couvre-feu et une pratique encadrée dans le respect des protocoles sanitaires applicables.

 

Suite aux annonces du Premier ministre, Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, et Roxana MARACINEANU, ministre déléguée chargée des Sports, les maitres et maitresses d’armes ainsi que les élu.e.s parisiens peuvent enfin accueillir nos jeunes dans les salles et gymnases de la capitale dans le respect du protocole sanitaire que nous connaissons déjà très bien.

 

Plus de confinent donc plus d’attestation, mais un couvre-feu dès 20h qui nous oblige tout de même à adapter les créneaux, quite à avancer le créneau de 30 minutes. La distanciation, le port du masque avant et après la pratique, et tous les gestes barrières restent d’actualité bien-sûr. En revanche, plus de restriction de principe quant aux effectifs par séance.

 

Pour les mineurs, la pratique sportive ne sera plus limitée ni en durée ni en périmètre.

 

Autant de précautions déjà appliquées au sein des clubs affiliés de la Fédération française d’escrime avec en plus notre dispositif « un enfant, une tenue ». Même si l’on peut se demander le bienfondé d’une ouverture à quelques heures des vacances scolaires, il reste nous la possibilité de proposer des stages pendant les vacances pour rattraper les séances manquées au cours du confinement.

 

Pour la pratique sportive des majeurs, c’est plus compliqué…

 

Pour les majeurs, la pratique encadrée dans un établissement recevant du public (ERP) couvert est toujours prohibée. Seule issue possible, c’est une pratique autogérée ou encadrée dans l’espace publique dans le respect du couvre-feu avec un retour au domicile à 20 h maximum et dans la limite de 6 personnes (éducateur inclus). Cette dernière restriction n’existe pas si la pratique se déroule dans un ERP de plein air et sous la responsabilité d’un enseignant diplômé.
L’horizon fixé initialement pour retrouver nos adultes en salle est toujours prévu pour le 20 janvier. Sous réserve que les fêtes ne soient pas suivies d’un rebond de la circulation du virus.

 

… à moins de faire partie des publics prioritaires.

 

Tout ce qui précède ne concerne pas les sportifs professionnels, sportifs de haut niveau, personnes en formation universitaire ou professionnelle, personnes détenant une prescription médicale APA et personnes à handicap reconnu par la MDPH. Ils conservent l’accès à tous les équipements sportifs couverts et de plein air, vestiaires inclus. Ils sont même autorisés à déroger au couvre-feu dans le cadre de leurs déplacements.

 

Au final, il était devenu indispensable de recréer le lien avec nos tireurs. Bien-sûr, le manque de visibilité nous empêche d’établir un quelconque calendrier de rassemblement / compétitions d’autant que la menace d’une 3e vague de la pandémie est discutée.

Nous gardons tous à l’esprit le sort des escrimeuses et escrimeurs compétiteurs qui subissent l’annulation répétée des compétitions et pour qui il devient difficile de conserver motivation et envie. Nous pensons également aux équipes pédagogiques qui font preuve de pugnacité et d’inventivité pour maintenir une activité malgré leur salle fermée. (visios, vidéos, cours en extérieur…)
Quoi qu’il en soit, il faut se réjouir de retrouver de la vie dans nos clubs mais il faut rester vigilants et s’attendre à tout moment à une restriction des conditions d’ouverture en 2021.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du Ministère chargé des sports.

 

 

PARTAGER CET ARTICLE :

Categories:

Comments are closed

Articles récents

© CIDE 75 - Tous droits réservés

| Mentions légales |